Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
Chancerelle s'adapte au marché
Celte et nature
Kanabeach
Hénaff
Produits en Bretagne
Une boit'à fruits
J'aime ton odeur café !
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > ECONOMIE > Celte et nature

Celte et nature teste le biodégradable

 

Celte et nature. Le nom même de cette entreprise est tout un programme. Les deux associés, Vincent Bugnet et Serge Morineau, s’attachent en effet à inscrire leur société dans une démarche de développement durable. « Le produit tout d’abord, commence Vincent Bugnet. Les palets, galettes, madeleines, brioches, flocons et farines sont réalisés à partir de céréales rustiques : le sarrasin, le petit épeautre, le grand épeautre, le seigle… Il n’y a aucun conservateur, colorant, arôme.»

Ces céréales sont cultivées par des agriculteurs locaux qui « sont rétribués à un prix juste. Le commerce équitable n’est pas réservé aux pays du Sud. » Les biscuits et brioches sont ensuite fabriqués par des sous-traitants. Et les emballages biodégradables ? « Pour le moment, cela pêche un peu de ce côté-là. Mais, nous y travaillons », explique Vincent Bugnet dont la conviction dans les emballages compostables ne peut guère être remise en question. Il a en effet travaillé pour Interbiopacking, une entreprise qui développe une barquette en fécule de pomme de terre.

« Nous avons testé deux emballages biodégradables pour nos brioches : le PLA qui est constitué de protéines de lait et la cellulose qui est fabriquée à partir de végétaux », explique le chef d’entreprise. Mais les tests n’ont pas été concluants : ces deux emballages diminuaient considérablement la date limite de consommation (DLC). « Les brioches se desséchaient trop vite. » Malgré tout, les deux associés n’ont pas abandonné les emballages biodégradables. Actuellement, ils testent la vente de brioches crues-surgelées accompagnées d’emballages en film cellophane imprimé. « Le principe est simple. Nous livrons à des boulangeries de supermarché des bâtons cru de pâte. Elles les cuisent d’une manière bien précise et les vendent emballés dans l’emballage biodégradable. La DLC ne pose pas problème car les brioches seront consommées rapidement. » Les premiers essais semblent très concluants. Les deux entrepreneurs gardent, par ailleurs, toujours un œil très attentif sur les innovations en matières d’emballages compostables.

 

Adèle Morlet

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle