Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
Pointe du Raz
Le Cap Sizun
Bénodet
Port-la-Forêt
Pouldreuzic
Le Guilvinec
Quimperlé
Pont-Aven
Beg-Meil
Port-Launay
Ile de Sein
Douarnenez
Camaret
L'Aven
L'Aulne
De Bertheaume à Saint-Mathieu
Plouescat
Locquirec
Plougastel-Daoulas
Saint-Thégonnec
Guissény
Le Drennec
Saint-Pol de Léon
Roscoff
Hanvec
Le Conquet
Brasparts
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > UN BOUT DU MONDE > L'Aulne
L’aulne, un long fleuve tranquille
Les touristes de passage dans le département ne font qu’y passer. Pourtant, le cours de l’Aulne mérite un arrêt prolongé pour les amateurs de randonnée.

Il est là. Tout le monde le voit, mais personne ne prend la peine de le regarder. Il serpente, frôle les habitations, glisse sans faire de bruit entre les collines. L’Aulne, c’est le fleuve tranquille. La douceur de vivre à l’écart des grandes routes touristiques du Finistère. Les gens s’arrêtent, décident de passer une nuit et puis repartent. Sans voir l’essentiel. Sans s’approcher. Et c’est bien dommage.

Tout commence à Châteaulin. La petite ville à la campagne. Le cours de l’Aulne est tranquille : la rivière n’est pas encore maritime. Avant, c’est un paysage de bocage : quelques vaches, des petites fermes, et l’eau. Après, c’est Port-Launay et ses bateaux, presque plus nombreux que les maisons. Pour passer d’un monde à l’autre, il faut emprunter le chemin de halage.

De paisibles, les rives de l’Aulne deviennent sauvages. Les forêts tombent en cascade dans l’eau et les collines apparaissent plus escarpées. Le fleuve commence à se faire sinueux : comme si les rochers l’empêchaient de se frayer un passage. C’est le délice des randonneurs. Des heures passées à l’écart de toute habitation, dans un décor de film. La forêt devient touffue, le marcheur s’écarte du monde. Le retour à la réalité se fait brusquement avec le pont de Térénez.

Paysage exotique
Un ouvrage massif et perdu qui permet aux automobilistes venant du Faou de s’aventurer en presqu’île de Crozon.

Au-dessus de Landévennec, sur la route d’Argol, on aperçoit à l’horizon les tours des quartiers élevés de Brest : de Pen-ar-Créac’h à Kérourien. Exception climatique oblige, la végétation devient presque exotique. Par endroit, on se croirait dans la région des Rias Baixas, en Galice. Des pinèdes, de la lande, et le soleil. Plus souvent qu’ailleurs en Finistère.

Retour à Port-Launay. La vie poursuit son cours : des anciens bavardent sur le pas de leur porte. Un homme repeint son voilier. Le soir, on se rend au restaurant en bateau, jusqu’à Châteaulin. C’est là, que se retrouvent tous les habitants du coin. Les gens s’arrêtent sur les quais, à la crêperie ou dans les bars. On y rencontre les élèves de l’école de gendarmerie. Sans oublier les fêtards qui montent ensuite au Run-ar-Puns, un des cabarets rock les plus connus du département.

Pendant l’été, il faut se rendre après 21 h au sommet du Menez-Hom, la hauteur qui domine l’Aulne et la presqu’île de Crozon. Là, les voitures attendent, immobiles, le coucher du soleil. L’obscurité se fait sentir petit à petit. Les maisons commencent à s’allumer. Au loin, la rade de Brest s’éteint. Puis le silence tombe sur la lande. Et les voitures s’éloignent, en file indienne.
Ronan Le Coz


Vallée de l’Aulne et de l’Hyères par les chemins de halage
Le Syndicat Mixte d’Aménagement Touristique de l’Aulne et de l’Hyères poursuit sa politique de développement du Canal de Nantes à Brest.

La portion finistérienne du canal de Nantes à Brest vient de se doter d’une nouvelle signalétique touristique. Le SMATAH a en effet installé, sur le chemin de halage, quarante panneaux explicatifs, permettant aux promeneurs, non seulement de se repérer géographiquement mais également d’en apprendre un peu plus sur les vallées de l’Aulne et de l’Hyères. Réalisés en bois pin, ces panneaux, double faces, présentent, d’un côté l’historique du canal et différentes informations pratiques et de l’autre une carte du site, un schéma explicatif ainsi qu’un tableau récapitulatif des nombreuses écluses que compte l’ouvrage. " Les panneaux répondent à une demande des touristes, venant se balader dans le coin, et qui souhaitaient pouvoir se repérer sur le canal, explique Christophe Heriaud, directeur du SMATAH. Ces panneaux se veulent informatifs et livrent de nombreux renseignements, allant des loisirs proposés dans le secteur aux mégalithes et sites remarquables à visiter, en passant par les différents sentiers de randonnées accessibles aux alentours. De plus, sur chacun d’entre eux, un tableau indique la distance entre chaque écluse, ce qui permet désormais aux usagers de prévoir des circuits de promenade, selon leur condition physique ou leurs envies ". Pour accompagner ces quarante panneaux, le SMATAH a, parallèlement, édité une nouvelle carte touristique. Cette dernière, disponible dans les offices de tourisme, syndicats d’initiative ou encore auprès des mairies de 22 communes, retrace l’Histoire du canal de Nantes à Brest et présente la portion finistérienne de l’ouvrage et les nombreux aménagements accessibles au public, comme par exemple la maison éclusière de Pont Triffen, ou encore l’Observatoire Aquatique de Châteaulin. " Cette carte reprend la charte graphique des panneaux et est facile à consulter, affirme Annaïg Le Brun, responsable du projet, elle représente également un outil pédagogique utilisable lors d’animation en milieu scolaire ou autre. "

Pour le tourisme fluvial
La carte et les quarante panneaux s’inscrivent dans la politique de développement et d’aménagement du canal, menée depuis déjà plusieurs années par le SMATAH. Une politique qui, comme l’explique Christophe Hériaut, porte ses fruits : " Depuis quelques mois nous assistons à un intérêt croissant pour le tourisme fluvial et les gens sont de plus en plus nombreux à venir dans le secteur, ce qui prouve que notre politique commence à payer. En fait, l’un des principaux problèmes que nous rencontrons est de faire venir le public, qui en général, connaît peu le canal et préfère passer ses vacances sur la côte. Mais une fois que les gens sont venus une fois, ils reviennent en général d’eux-mêmes car ils ont été séduits par le coin. Et ça, c’est très encourageant. " Rien de tel, en effet, qu’une bonne balade le long de la rivière, pour oublier le stress du quotidien et se vider l’esprit. Pour s’en convaincre, il suffit d’emprunter le chemin de halage qui borde le canal : l’évasion est garantie.
E.B


Le canal s’équipe d’un chaland

Aux environs de Pont-Coblant, les randonneurs découvriront un étrange bateau, bien différent des péniches qui naviguent sur le canal. Il s’agit de la réplique exacte d’une pénette à levées du XIXe siècle. A cette époque, ce bateau servait au transport des ardoises, du sable, du bois… Il est constitué de deux embarcations afin de manœuvrer plus facilement dans les coudes du canal, mesure 24,50 m et pèse 6 tonnes.

Le Syndicat mixte d’aménagement touristique de l’Aulne et de l’Hyères est le propriétaire de ce chaland unique en France, mis à l’eau au début du mois de juillet. Il s’en servira pour récupérer les branches mortes et coupes de bois le long du canal. La pénette à levées permettra aussi d’effectuer des réparations sur les écluses. " Ce bateau permet tout à la fois de faire revivre le passé du canal et d’entretenir les berges ", précise Christophe Heriaud, directeur du Smatah.

Des élèves du lycée professionnel de Pleyben ont établi les plans de cette pénette à levées à partir de documents fournis par le Smatah. Ils ont ensuite travaillé avec une entreprise de menuiserie, MCA. Trois associations de Pont-Coblant – Sérénité, Vivre à Pont-Coblant et Il faut sauver Victor – ont assemblé les pièces. Dans les semaines à venir, le plancher, la cabine… seront posés. Le bateau devrait être inauguré au mois de septembre. Il pourra alors naviguer sur près de 80 km.
A.M.


Un bateau écologique pour naviguer sur l’Aulne
A Châteauneuf-du-Faou, l’entreprise Aulne Loisirs Plaisance propose de découvrir le Canalde Nantes à Brest à bord du Cat Camp, un catamaran silencieux, spacieux et non polluant.

Il glisse sur l’Aulne sans émettre le moindre bruit ni la moindre odeur. A son bord, les passagers peuvent admirer les rives du canal de Nantes à Brest confortablement allongés dans des hamacs, profiter de l’espace intérieur pour entamer quelque jeu ou encore se reposer dans l’une des trois petites chambres. Le Cat Camp est un catamaran non seulement écologique mais aussi très confortable. " Lorsque j’ai dessiné ce bateau en 1998, je voulais qu’il soit vaste, clair, silencieux, modulable… Et bien sûr, respectueux de l’environnement ", se rappelle Isabelle Guillerm, directrice de l’entreprise Aulne loisirs Plaisance.

La construction de ce catamaran dépourvu de voiles a été confiée à trois entreprises bretonnes : " l’une a fait la structure en polyester, l’autre les toiles, la troisième les armatures métalliques… " En août 2002, les premières familles ont embarqué à bord de ce bateau aux formes peu communes : il mesure 7,60 m de long, 4,20 m de large et pèse 3,5 tonnes. Les deux coques en polyester sont creuses et abritent un bloc sanitaire, un coffre à vélos et huit tiroirs où peuvent être rangés les vêtements, les ustensiles de cuisine… La plate-forme est surmontée d’une superstructure en plastique et en toile et équipée d’une table, de chaises, de hamacs, de poufs, d’une kitchenette… Enfin, quatre matelas doubles sont stockés sous cette plate-forme.

Une heure de formation
Le Cat Camp est propulsé par un moteur de 2 000 watts alimenté par 16 batteries. " Elles ont une autonomie de 10 heures, soit deux jours de navigation, et peuvent être rechargées sur des prises électriques qu’on trouve ici, à Châteauneuf, et sur notre nouvelle base de Port-Launay ", précise Isabelle Guillerm. La conduite de ce catamaran ne nécessite aucun permis particulier, le loueur sera seulement formé une petite heure au passage d’une écluse. Il pourra ensuite embarquer avec sept passagers au départ des bases de Châteauneuf-du-Faou ou de Port-Launay pour une journée, un week-end, une mini semaine (5 jours) ou une semaine.

Grâce au travail de réhabilitation du Syndicat mixte d’aménagement touristique de l’Aulne et de l’Hyère, les plaisanciers peuvent désormais passer vingt-trois écluses de Port-Launay à Pont-Triffen. " D’ici deux ans, nous devrions pouvoir remonter le canal jusqu’à Port-de-Carhaix, c’est à dire sur 100 km ", se réjouit la directrice de Aulne Loisirs Plaisance. D’ici là, l’entreprise devrait s’équiper de nouveaux catamarans écologiques " encore plus pratiques : je pense aménager une coursive et diminuer le tirant d’eau. J’espère également vendre ce produit à d’autres bases de loisirs ", annonce Isabelle Guillerm. Outre le Cat Camp, Aulne Loisirs Plaisance loue des pénichettes, canoë, kayak, barques, bateaux électriques, pédalos, surf bikes, rosalies…
Adèle Morlet

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle