Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
Pointe du Raz
Le Cap Sizun
Bénodet
Port-la-Forêt
Pouldreuzic
Le Guilvinec
Quimperlé
Pont-Aven
Beg-Meil
Port-Launay
Ile de Sein
Douarnenez
Camaret
L'Aven
L'Aulne
De Bertheaume à Saint-Mathieu
Plouescat
Locquirec
Plougastel-Daoulas
Saint-Thégonnec
Guissény
Le Drennec
Saint-Pol de Léon
Roscoff
Hanvec
Le Conquet
Brasparts
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > UN BOUT DU MONDE > Le Cap Sizun

De pointes en pointes, balade en Cap-Sizun

Le côté nord du Cap-Sizun est une succession de pointes dont le relief tourmenté fait le bonheur des randonneurs. Ici, le sentier côtier suit chacun des méandres dessinés par les falaises.

Face à la baie de Douarnenez et à la presqu’île de Crozon, il est facile de se laisser aller à la contemplation d’une mer qui abriterait dans ses profondeurs la légendaire ville d’Ys…

 

Bienvenue en Cap-Sizun disent les panneaux en bord de route. Sur ce bout du monde où la terre s’avance dignement au large, offrant avec fierté ses flancs déchiquetés que la mer et le vent ne cessent de maltraiter. Ici, la solitude et la quiétude sont assurées. Ici, la nature domine tout, ou presque. Car il est difficile de ne pas voir au loin sur l’horizon, de grandes ailes blanches battant l’air à plus de quarante-six mètres de hauteur. Les huit éoliennes de Goulien marquent le territoire et ne passent pas inaperçues. Profitant d’un site particulièrement venté, les moulins du XXIe siècle produisent plus 14 millions de kwh d’électricité par an. Mais ils ne sont pas seuls… une autre éolienne isolée – et privée celle-là – leur fait face un peu plus loin, à Beuzec-Cap-Sizun.

Pour pénétrer les secrets du vent qui fait si bien tourner les pales de toutes ces éoliennes, il n’est hélas pas possible, en cette saison, de visiter la maison du vent, petit musée ludique à Goulien ouvert uniquement durant les périodes scolaires et de juin à septembre. Les curieux doivent se contenter d’un panneau basique au pied du site.

 

Une côte dentelée

Qu’à cela ne tienne ! Il est un patrimoine naturel magnifique qui ne demande qu’à être exploré ! D’ailleurs, d’après l’office de tourisme de Beuzec-Cap-Sizun situé à vingt kilomètres de la pointe du Van, c’est avant tout cela qui attire le randonneur, qu’il soit finistérien ou non. En empruntant le GR 34, les promeneurs suivent donc imperturbablement le contour déchiqueté de la côte. En cette époque de l’année, ils sont plutôt rares et peu loquaces. Pointe de Trénaouret, pointe de Kastel Koz, pointe de Luguénez, pointe de Lesven… elles se succèdent mais ne se ressemblent pas. Et c’est à la limite du pays de Douarnenez que la première pointe du Cap-Sizun se dessine : la pointe du Millier. Elle accueille les surfeurs et les amateurs de plongée sous-marine sur la minuscule plage de galets située en contrebas. Là, il n’y a pas de saison pour se faire plaisir.

C’est aussi dans ce coin que les amateurs de patrimoine architectural trouveront leur bonheur. Au creux de la vallée, niché au milieu de la forêt, se cache l’incontournable moulin de Keriolet, en parfait état de marche. Ouvert uniquement l’été ; la roue à eau, elle, fonctionne en permanence. Construit en 1868, le moulin cessa toute activité en 1958. Aujourd’hui, l’association Les amis du moulin de Keriolet gère le site auquel on accède en empruntant un sentier le long de la route qui prolonge le parking de la pointe du Millier.

Dans ce paysage au relief accentué par les falaises, il y a peu de place pour les plages. Il en est une, pourtant, qui a particulièrement séduit les nouveaux propriétaires du camping attenant. Nicki et Graham avouent être tombés amoureux de ce lieu et avoir décidé, en septembre dernier, d’élire domicile à la plage de Pors Péron. Après avoir voyagé à travers l’Europe durant un an, ce jeune couple d’Anglais pose finalement ses valises près de Beuzec. « Les gens ici sont très accueillants et chaleureux », explique Nicki, 28 ans et ex agent immobilier. « C’est un coin tranquille, vraiment très beau et puis… il y a la mer ! » Ah, la mer ! Cette petite plage calée entre deux blocs de rochers à deux cents mètres de chez eux… On se croirait presque dans un roman d’Agatha Christie, le décor est idéal. D’ailleurs, Nicki est originaire de la Cornouaille anglaise. Et elle avoue volontiers que la ressemblance avec sa région natale ne l’a probablement pas laissée indifférente. Mais c’est bien ici, en Cap-Sizun, qu’elle et Graham comptent fonder une famille. « Nous voulons construire notre nouvelle vie ici », conclut-elle avec un grand sourire. Quelle plus belle preuve en effet pour témoigner de l’attachement qu’ils portent à la région.

Si Nicki et Graham ont la chance d’avoir des amis anglais installés à Beuzec depuis 14 ans qui les aident à s’intégrer, ils n’ont pas encore pu rencontrer Fiona MacLeod. Cette Écossaise a été, pendant une dizaine d’années, la conteuse du cap. Installée à la pointe du Millier, elle enchantait petits et grands avec nombre d’histoires et de légendes celtiques. Elle est repartie depuis peu mais les habitants espèrent bien la voir revenir parmi eux un de ces jours et retrouver ainsi une pointe d’imaginaire…

Marie-Laure Baradez

 

 

Pratique


Office de tourisme :

64 rue des Bruyères

29790 Beuzec-Cap-Sizun

tél. : 02 98 70 55 51, du lundi au vendredi, 9h à 12h et 13h30 à 17h.

 

Internet :

www.beuzec-cap-sizun.com

 

 

Petite pause

Les lieux propices à la halte pour un petit café ne sont pas nombreux sur cette côte nord du cap. Deux établissements vous accueillent volontiers : « Le p’tit bar » situé dans une ruelle près de l’église de Goulien et le bar « Le Cap Sizun » à Beuzec.

 

Réserve du Cap Sizun

C’est en 1955 que Michel-Hervé Julien découvre l’intérêt de ce site car de nombreuses colonies d’oiseaux du littoral peuvent y être observés. Cet espace protégé de 40 hectares situé près de Goulien est un repère naturel pour les oiseaux qui viennent nicher, tels que les fulmars boréals, le guillemot de Troïl, les goélands argentés, bruns ou marins, les cormorans huppés et tant d’autres. Ici sont regroupés les falaises et les îlots les plus riches du cap.

 

Pour la petite histoire…

Au temps des Gaulois, la pointe de Kastel Koz abritait un camp. Près de deux cents habitations auraient d’ailleurs constitué cet oppidum qui fut probablement attaqué par les Romains. Il ne reste aucune traces visibles aujourd’hui sur le site. Mais des fouilles archéologiques ont mis au jour des fragments de céramique datant du second âge de fer.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle