Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
Pointe du Raz
Le Cap Sizun
Bénodet
Port-la-Forêt
Pouldreuzic
Le Guilvinec
Quimperlé
Pont-Aven
Beg-Meil
Port-Launay
Ile de Sein
Douarnenez
Camaret
L'Aven
L'Aulne
De Bertheaume à Saint-Mathieu
Plouescat
Locquirec
Plougastel-Daoulas
Saint-Thégonnec
Guissény
Le Drennec
Saint-Pol de Léon
Roscoff
Hanvec
Le Conquet
Brasparts
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > UN BOUT DU MONDE > Pointe du Raz

Voyage au bout du monde
A l'extrême ouest du Cap-Sizun, la Pointe du Raz propose l'une des balades les plus spectaculaires de la région, entre landes et océan.

Il est rare que le spectacle soit si calme à la Pointe du Raz, là où d'habitude, vents et vagues se déchaînent. Déjà, au départ de la randonnée, le sentier sud promet un spectacle exceptionnel. Bruyères et ajoncs colorent les landes, face à une mer plate et radieuse. Au loin, on aperçoit les radars du sémaphore et la silhouette de Notre-Dame-des-Naufragés, la protectrice des marins disparus en mer. Si le Raz de Sein, au large de la pointe, se montre si paisible par grand soleil, il est particulièrement dangereux par gros temps. Les courants peuvent y atteindre 17km/h et plus loin, dans la Chaussée de Sein, ce sont 2 000 rochers qui menacent les embarcations. " Nul n'a passé le Raz de Sein sans peur ni douleur ", disait le dicton avant la sécurisation de la passe, commencée dès la fin du XIXe siècle. A l'époque, des bateaux se fracassaient chaque semaine dans la bien nommée Baie des Trépassés, et sur les falaise de la Pointe du Raz.

 

L'enfer de Plogoff
Aujourd'hui, les naufrages sont devenus rares, puisque cinq lampes, au sémaphore, au phare de la Vieille, à Tévennec, à l'île de Sein et au célèbre Ar Men, veillent sur le secteur. Désormais, les accidents viennent plutôt des visiteurs imprudents, qui s'aventurent sans guide hors des sentiers autorisés. C'est sûr qu'une fois au bout du monde, face au Raz de Sein, l'envie d'escalader les roches escarpées jusqu'à l'extrême pointe en a démangé plus d'un. Mais l'entreprise est risquée sans une connaissance parfaite des chemins traversant les roches. C'est pourtant possible en faisant appel aux guides de la Pointe, qui proposent des balades commentées, dont la randonnée " jusqu'au dernier rocher ". Un spectacle qui vaut le détour, mais cependant déconseillé aux personnes sujettes au vertige. Car le parcours est époustouflant et s'apparente assez à une partie d'escalade. " Quand j'étais jeune, s'amuse Jean-Yves Lautrédou, guide saisonnier à la Pointe du Raz, nous faisions des concours de vitesse. Il fallait faire le tour complet de la Pointe en courant, et surtout, arriver le premier ! " Un jeu auquel personne n'oserait se risquer, à la vue des crêtes pointues et des roches instables. A mi-chemin, c'est pas à pas et cramponnés aux cordes que les visiteurs franchiront l’Enfer de Plogoff et son précipice vertigineux. Des émotions fortes en perspective, mais quel spectacle !

Au cours de la balade, des arrêts s'imposent, pour goûter une feuille d'oseille sauvage ou respirer l'odeur acidulée du christ marin. Ici et là, on observe un fou de Bassan et on apprend à distinguer les goélands marins des goélands argentés. Depuis la réhabilitation de la pointe, faune et flore cohabitent allègrement et participent au spectacle indescriptible de la destination finale : le dernier rocher, l'extrême bout du monde face à l'océan infini.

Au retour, la fatigue se fait sentir et cela tombe bien: des navettes gratuites sont là pour reconduire touristes et randonneurs. Mais le retour peut également se faire en calèche, jusqu'à la Maison du site. Il est alors temps de visionner le petit film qui explique les longs travaux de réhabilitation de la Pointe du Raz, qui ont permis d'offrir aux visiteurs des sentiers sûrs et agréables, tout en préservant la beauté du site naturel. D'ailleurs, la Pointe du Raz vient de se voir attribuer l'appellation Grand site de France, synonyme de qualité à la fois dans la gestion et l'entretien des lieux, mais aussi dans l'accueil des visiteurs.

Après quelques expositions, c'est déjà l'heure de retourner aux parkings. Mais avant le départ, pourquoi ne pas remplir les ventres creux par une dégustation de bonnes crêpes beurrées ?
Virginie Le Pape


Expositions

Heureux qui comme Notre-Dame-des-Naufragés a fait un long voyage...

La Maison du site de la Pointe du Raz inaugure des expositions temporaires. Parmi elles, une brève chronologie de l’histoire de Notre-Dame-des-Naufragés nous apprend que la statue de Godebski aurait pu rester dans une propriété privée à Plounéour-Trez si le maire de la commune avait reçu les autorisations correspondantes. L’exposition montre l’inauguration de la statue en 1904 en présence de Monseigneur Montbrillard, évêque de Quimper, et de l’archevêque de Rennes, et des reprographies des premiers pardons. Cent ans après le premier pardon qui a rassemblé 20 000 personnes autour de la statue, Notre-Dame-des-Naufragés sera encore au cœur de la cérémonie du prochain pardon de la Pointe du Raz, le 1er août. Par ailleurs, les élèves du lycée professionnel Jean-Moulin de Plouhinec exposent des annexes de bateaux qu’ils ont réalisées. Le visiteur peut aussi voir une partie de l’exposition Plaisir de rivages du Port musée de Douarnenez sur la navigation de plaisance ou un court film qui explique les différentes étapes des travaux pour la réhabilitation du site.
Dorothée Doublet

 

Label Grand site de France
" Opération unique en Europe pour un des plus beaux belvédères du monde "

Le label Grand site de France a été décerné au site de la Pointe du Raz il y a moins d’un mois. Cette distinction intervient après quinze ans d’opérations de grande ampleur pour la réhabilitation du site. Les travaux, menés en partenariat avec le Conservatoire du littoral et le Conseil régional, ont permis la requalification des sentiers de randonnée, mettant ainsi fin au piétinement anarchique des landes, et la construction de commerces invisibles depuis la pointe.

Il existe en France 30 sites labellisables. Cette année, seulement quatre d’entre eux ont obtenu le précieux sésame: la pointe du Raz, la montagne Sainte-Victoire (Bouches-du-Rhône), le pont du Gard et l’Aven d’Orgnac (Ardèche). Pour Bruno Carriou, directeur du site, " ce n’est pas une médaille honorifique. Ce label répond à des critères de qualité et concernant la gestion du site. " L’entretien de la Pointe du Raz, qui accueille 800 000 visiteurs chaque année, est assuré par les collectivités locales mais aussi par les visiteurs (parking payant de 850 places). " C’est une forme de responsabilisation à la gestion du site qui permet la transmission du patrimoine aux générations futures. " Pour Bruno Carriou, l’objectif est double : " La Pointe du Raz doit non seulement être un lieu touristique mais aussi un lieu où l’habitant doit trouver sa place. Ce lieu magique a aussi été façonné par la population ".
Dorothée Doublet

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle