Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
Pointe du Raz
Le Cap Sizun
Bénodet
Port-la-Forêt
Pouldreuzic
Le Guilvinec
Quimperlé
Pont-Aven
Beg-Meil
Port-Launay
Ile de Sein
Douarnenez
Camaret
L'Aven
L'Aulne
De Bertheaume à Saint-Mathieu
Plouescat
Locquirec
Plougastel-Daoulas
Saint-Thégonnec
Guissény
Le Drennec
Saint-Pol de Léon
Roscoff
Hanvec
Le Conquet
Brasparts
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > UN BOUT DU MONDE > Port-Launay

Port-Launay

L’Aulne a rendez-vous avec la mer

Avant la construction du canal de Nantes à Brest,

qui va le priver de marée, Port-Launay était un port de mer, à la limite de la navigation maritime de l’Aulne.

 

Des grandes bâtisses serrées au bord de l’Aulne qui fait un coude. Voici Port-Launay. Deux cent hectares. 508 habitants. Son écluse est la première (ou la dernière, c’est selon) du canal de Nantes à Brest. C’est ici que l’eau douce de la rivière rencontre l’eau salée. Officiellement, la limite de salure des eaux est située sous le pont de la Douphine à trois kilomètres de cette écluse. Vous trouvez que c’est un détail ? Pas pour les pêcheurs. La réglementation n’est pas la même en rivière et en mer. Si vous pêchez la civelle dans l’eau salée, vous aurez l’admiration du garde pêche. Capturez la même bête en eau douce, il vous dressera procès verbal pour braconnage. Vous saisirez vite la différence !

 

Venant de la voie express Brest-Quimper, le regard bute sur des ruines, de l’autre côté de la rivière. On dit qu’il s’agit du bagne qui abritait les forçats employés à la construction du canal au XIXe siècle. Certes, la construction de ce dernier fut laborieuse, mais cette information n’est pas tout à fait exacte. Jean Coleno, maire et maître principal radio en retraite, précise : « Il s’agissait de la maison de l’ingénieur chargé du chantier et de son adjoint. Il n’y a jamais eu de bagnards ici. Les seuls bagnards qui participèrent à la construction du canal étaient regroupés à Glomel, dans les Côtes d’Armor – où ils résidaient dans des baraques en bois sans chauffage ni éclairage. Le terme bagne n’est toutefois pas si inapproprié que cela. Les ouvriers du canal étaient souvent des ouvriers ruraux qui vivaient de manière précaire et n’étaient pas toujours bien traités. » Jean Coleno est maire depuis juillet 2004. « La population a augmenté de 5 % (29 personnes) entre les deux derniers recensements. On ne peut construire à tout crin sur cette commune de deux cent hectares (*), mais les grandes bâtisses du bourg, témoins de la richesse passée de la commune, sont progressivement rénovées et transformées en appartements qui attirent des familles. »

 

A 31 km, la mer….

Alors qu’il m’explique cela, de joyeux cris d’enfants montent par l’escalier en bois qui dessert les bureaux de la mairie. Il faut dire que celle-ci accueille aussi dans l’une des ses ailes les quarante-sept enfants de l’école (laïque, forcément). Sur le bureau de monsieur le maire, une belle et grande plume blanche repose dans un encrier. Une plume d’oie ? « Non, de cygne. » Ces oiseaux blancs apprécient la quiétude du plan d’eau de Port Launay. Ils ne sont pas les seuls. En 1880, Port-Launay était recensé comme le troisième port du Finistère après Brest et Morlaix. Aujourd’hui, il n’est sans doute pas le dernier, mais sa confidentialité en fait un hivernage recherché par les plaisanciers. Trente et un kilomètres le séparent de l’océan. Mais pour Roland et Marie Catherine, propriétaires du Postferdoum (« Tonnerre de Brest » en bruxellois), c’est un atout. Port-Launay est une « halte technique idéale, un port d’eau douce pratique pour l’entretien. De plus, il est très abrité et n’est pas loin de la maison». En l’occurrence, de Douarnenez. Pourtant, à les entendre, ces deux marins là n’ont pas froid aux yeux. Des yeux qui brillent quand ils évoquent leur projet qui verra le jour l’été prochain : « Un tour du monde en bateau avec nos deux enfants »…

 

Le port est aussi prisé des Anglais. Au moins cinq bateaux arborent le pavillon brittanique. Il y a aussi le Richard Marika, bateau vert de l’association l’Optimiste 29, qui a pour vocation de prendre à son bord des personnes handicapées et fait appel à la générosité de tous (renseignements sur le quai)…

 

L’écluse maritime de Guily-Glaz, près du viaduc du même nom aux arches de 50 mètres de haut, est située à 1,2 km en aval de Port Launay. Elle fut inaugurée en grandes pompes en août 1858 par Napoléon III et l’impératrice Eugénie. On y construit aujourd’hui un barrage anti crue. Les travaux ont dénaturé le bucolique ensemble écluse maison d’éclusier, ce qui attriste Jean-Yves, éclusier en titre depuis une quinzaine d’années. « Pas de pitié pour les vieilles pierres », regrette-t-il. Il l’aime, son canal. La preuve : avec un copain, il y a quelques années, il l’a exploré sur toute sa longueur. « Nous avons longé tout le canal à vélo en quatre journées et demies. Un magnifique souvenir. Sur mon carnet de bord, j’invitais les éclusiers à témoigner de notre passage »… Près de l’écluse, il y a un restau ouvrier ; il est bien caché, mais l’adresse est connue. « Je l’ai acheté il y a quinze ans, pour le cadre », raconte Gilbert, qui prépare joyeusement p’tits noirs sur p’tits noirs pour l’armée d’ouvriers qui est dans la salle. « J’ai un petit bateau. J’en fais parfois. Quand j’ai le temps - mais du temps, j’en ai pas beaucoup. Et puis on ne peut pas sortir quand on veut. Il y a les marées. Tout de même, quand on navigue, le fond de la Rade de Brest est très beau. » (n’allez pas croire pour autant qu’il remplacera dans le cœur de ce Léonard les rochers magnifiques de Kerlouan…)

 

Tiens, en navigant, non pas sur le canal, mais sur le net, sur Port Launay, je lis enfin ceci : « Sur la plage, l’ombre pieuvrée des takamakas protège le sable. De temps en temps, d’un bruit sec, une noix tombe d’un cocotier ». C’est signé d’un poète inconnu du nom de Toscane. J’aurais raté quelque chose ? Non, il y aurait erreur, seulement pour qui ignorerait que Port Launay, c’est aussi une anse émeraude des Seychelles dans l’océan indien. Voilà qui me donne envie, non plus de prendre le bateau, mais l’avion…

Monique Férec

 

Jusqu’en 1841, Port Launay faisait partie de Châteaulin et de St Ségal. Les habitants, des armateurs pour la plupart, trouvant injuste de verser des impôts à deux communes militèrent pour la création d’une commune indépendante. Deux cents hectares leur suffisaient. Cela donne des choses un peu curieuses. « Ainsi, la salle de restaurant de l’hôtel le Bon accueil est à cheval sur les communes de Châteaulin et de Port Launay. Avant la taxe professionnelle unique, 60 % de la TP revenait à la première et 40 % à la seconde ! » explique le maire.

 

 

La première des 238 écluses du canal de Nantes à Brest

 

L’idée d’un canal sur l’Aulne date du XVIIe siècle. L’intérêt de relier Nantes à Brest était militaire : il s’agissait de débloquer le port Atlantique par l’arrière-pays dans l’éventualité d’une guerre contre l’Angleterre et de pouvoir relier entre eux les arsenaux de Brest, dont il devait permettre de favoriser le développement, mais aussi ceux de Lorient et d’Indret. Le chantier a duré cinq décennies et mobilisé des milliers d’hommes. Commencé en 1811, il sera – partiellement – achevé en 1842. Le canal est long de 385 km et compte 238 écluses. A la fin du XIXe siècle, Port-Launay accueillait plusieurs centaines de sabliers, et assurait l’exportation de l’ardoise exploitée sur Châteaulin. Mais le trafic diminue nettement au début du XXe siècle. Le canal, coupé en deux à hauteur de Guerlédan en 1927, est vaincu successivement par la voie ferrée puis la route.

 

Paru le 21 octobre 2005

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle