Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
Chancerelle s'adapte au marché
Celte et nature
Kanabeach
Hénaff
Produits en Bretagne
Une boit'à fruits
J'aime ton odeur café !
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > ECONOMIE > Produits en Bretagne

 

Produit en Bretagne

Les meilleures nouveautés

L’association Produit en Bretagne a primé sept produits alimentaires (fabriqués par ses adhérents) au titre de meilleures nouveautés 2006. Parmi eux, cinq produits finistériens ont été distingués par le jury de 400 bretons : consommateurs, chefs de rayon et restaurateurs. Ces lauréats vont bénéficier tout au long de l’année de campagnes de promotion particulières. Dégustation.

 

 

La nouvelle pause glacée

de la laiterie Rolland

 

Glace vanille, cœur de sauce et enrobé au goût de carambar : la barre « pause glacée de carambar » est née. L’innovation est signée Rolland SAS. La laiterie, implantée à Plouédern (près de Landerneau) a élaboré le concept en collaboration avec Cadburry, la marque propriétaire de la licence Carambar. Fil rouge de cette création : une fidélité sans faille à la bonne vieille confiserie de notre enfance. On retrouve même sur l’emballage des barres glacées les célèbres blagues « carambar ». Friandise ou dessert, « pause glacée » (vendue par boîtes de barres individuelles) est destinée au marché de la restauration et de la grande et moyenne distribution. Son originalité lui a déjà valu en 2005 de décrocher à Rennes le prix Isogène de l’innovation agroalimentaire bretonne.

 

La recette de la barre glacée a été mise au point sur place, à Plouédern. Rolland SAS vient en effet de se doter d’un nouveau centre de recherche. Ce laboratoire ouvre à l’entreprise de nouvelles perspectives de développement. Troisième producteur de glaces en France, la société vise désormais le marché étranger. Ses glaces « made in Plouedern » font un tabac en Angleterre. La laiterie a d’ailleurs reçu en octobre dernier le prix du meilleur exportateur français en Grande-Bretagne. (1)

 

Née en 1898, la société affiche aujourd’hui un CA de 80 millions d’euros (dont 28 % à l’export). Implantée sur 2 sites (Plouédern et Danger Saint-Romain en Poitou-Charentes), elle emploie 510 salariés et produit 53 millions de litres de glace par an.

Catherine Croze

 

(1)   décerné par la chambre de commerce franco-britannique

 

  

La pâtisserie de l’Odet

miniaturise ses produits

 

La pâtisserie de L’Odet, située à Ergué-Gabéric, a été récompensée dans la catégorie pâtisserie individuelle, pour ses mini quatre-quarts, commercialisés sous la marque Le Goth. « Nous fabriquons des pâtisseries semi-artisanales. Cela signifie que nous produisons en série, mais avec une qualité équivalente à un produit artisanal », présente Pierre Sellin, gérant de la pâtisserie de l’Odet. Créée en 2002, cette entreprise s’est spécialisée dans la  fabrication de produits bretons, tels, le kouign aman, le quatre-quarts ou le gâteau breton. Ces produits existant déjà sur le marché de la grande distribution, Pierre Sellin a souhaité se démarquer en proposant à la clientèle des produits miniaturisés. « Seuls les galettes ou les palets sont commercialisés de cette manière, alors que le quatre-quarts n’existe qu’en barre ; un produit apprécié par une clientèle plutôt âgée mais boudé par un public plus jeune. » La pâtisserie de l’Odet propose désormais neufs quatre-quarts individuels, emballés dans une boîte plastique et qui se conservent durant six semaines. « C’est un emballage transparent qui permet à la fois de valoriser ce produit, d’une qualité artisanale, et de conserver durablement sa fraîcheur », souligne Pierre Sellin. La pâtisserie continue de développer d’autres recettes sur ce même principe, comme le gâteau breton.

Emilie Chaussepied

 

 

Les minis-flûtes de Paysan Breton

reines des fromages apéritif

 

Filiale commerciale pour les produits laitiers de trois grands groupes coopératifs de l’Ouest que sont Terrena, Coopagri et Even, la société Laïta s’impose dans le paysage agroalimentaire. En effet, elle commercialise quelque 88 000 tonnes de fromages et de beurre et affiche un chiffre d’affaire de 350 millions d’euros. Avec ses recettes apéritifs mini-flûtes, Laïta réaffirme ses valeurs et ses convictions face à un marché qui ne cesse d’évoluer.

 

Pour séduire les adultes et les jeunes, La société Laïta a donc regroupé les saveurs d’un apéritif dans un kit. Le concept est simple… il suffisait d’y penser. Il s’agit d’un sachet de mini-flûtes et deux barquettes de fromage au saumon-ciboulette et ail & fines herbes. Il suffit de tremper une mini-flûte dans le fromage pour savourer un goût frais et apprécier une consistance onctueuse. « Notre objectif était de créer un apéritif alliant les plaisirs gustatifs, l’originalité et la convivialité. Nous travaillons constamment dans le sens de l’innovation », souligne Mme Kervran, chef de produits.

Grâce au prix qu’elles viennent d’obtenir, Les recettes apéritif vont bénéficier de nombreux avantages marketing. « C’est une grande opportunité pour mettre en avant nos valeurs bretonnes et les véhiculer dans toute la France. » En effet, une grande campagne de pub est offerte, les produits sont mis en avant dans les enseignes de distribution qui s’impliquent dans la promotion et un sticker est apposé sur chaque boîte montrant que le produit a été primé. Pour avoir déjà été primé en 2001 avec un fromage nommé « la galette », la société Laïta reconnaît volontiers que l’attribution du prix a des conséquences très positives sur la commercialisation du produit.

Christel Marteel

 

 

Le confit d’hibiscus des 4 Saisons

 

Avec le prix de la meilleure nouveauté « Produit en Bretagne », la confiturerie des 4 Saisons n’est pas en terre inconnue. Déjà, en 2004, la société installée à Huelgoat avait été distinguée pour « Breizella », une pâte à tartiner à faible teneur en sucre. Toujours en recherche de saveurs nouvelles, le confiturier huelgoatin a innové cette année avec une nouvelle recette de confit d’hibiscus associant saveur sucrée et couleur exotique. « Le confit d’hibiscus est obtenu à partir du jus issu de la macération dans l’eau du calice de la plante », explique, Frank Levillain, le PDG des 4 Saisons. L’hibiscus ? Une plante produite en Mauritanie avec laquelle ses habitants préparent un jus délicieux, riche en vitamine C, appelé Bissap. Une saveur nouvelle et un parfum rare que l’entreprise des 4 saisons a eu l’idée d’intégrer à sa nouvelle recette de confit. « Pouvant être consommé de manière traditionnelle au petit-déjeuner et au goûter, ou de manière plus inventive pour une utilisation culinaire salée. » Une innovation accompagnée d’une démarche de commerce équitable voulue par Frank Levillain, le Pdg de la confiturerie en partenariat avec l’association Défisud. « Afin de contribuer au développement d’une région défavorisée du monde. Ce sont 10 familles de paysans mauritaniens qui pourront avoir un revenu décent tiré de leur travail de producteur d’hibiscus. Grâce à une production soutenue rendue possible par les nouveaux débouchés obtenus avec notre entreprise de confitures. » Un aspect auquel les membres du jury de Produit en Bretagne semblent avoir été sensibles, en plus des qualités initiales du confit d’hibiscus Jelifruits et du savoir-faire artisanal éprouvé du confiturier.

Jean-Pierre Bénard

 

 

Premier lait fermenté au bifidus 100% bio

 

Les produits laitiers fabriqués à la laiterie d’Armor, à Riec-sur-Bélon, sont 100 % bio. Beurre, crème fraîche, yaourt, fromage blanc et desserts lactés sont fabriqués avec du lait issu de l’agriculture biologique. La laiterie assure sa propre collecte auprès de 35 agriculteurs du Finistère, du Morbihan et des Côtes-d’Armor. L’entreprise a obtenu le prix de la nouveauté, dans la catégorie dessert lacté, pour son lait fermenté biologique, issu de la gamme bio nat’. « Ce produit ressemble à un yaourt, mais les ferments utilisés pour sa fabrication sont différents. Ici, il s’agit du bifidus et de l’acidophilus, qui favorise la digestion et le développement de la flore intestinale », présente Olivier Grosjean, directeur de la laiterie d’Armor. Certes ce produit existe déjà, mais en production bio, c’est une première. Contrairement au Bio de Danone, qui a dû changer son appellation, le lait fermenté biologique ne trompe pas le consommateur sur son origine. Par son coût raisonnable, son goût léger et ses bienfaits pour la santé, il a séduit le jury de produit en Bretagne. « Ce prix va nous permettre de faire connaître plus facilement l’activité de la laiterie, et de faire découvrir à la grande distribution d’autres produits de la gamme bio nat’ comme le lait, le beurre. »

Emilie Chaussepied

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle